Follow tattootatouages on Twitter

Rendez-vous sur Hellocoton !
Brèves

Le tatouage Maori : une idée de cadeau pour noël ?

Le tatouage maori – d’hier à aujourd’hui

Tatouage bras Maori Sonny Bill Williams des All Blacks

Tatouage bras Maori Sonny Bill Williams des All Blacks

Le tatouage maori, également appelé « ta moko » a une longue tradition à travers l’histoire. D’ailleurs, se faire un tatouage de style maori en Europe est de nos jours très courant (notamment grâce aux bons plans que proposent certains sites, comme Groupon.fr).

Le « ta moko », d’origines polynésiennes, est généralement représenté sous formes de spirales convergentes – style tribal – sur le visage et peut révéler et définir le rang social, l’appartenance à une communauté, l’âge, les traits de caractère et la fonction de la personne selon sa complexité et ses formes. Bijou de corps pour les européens, le tatouage chez les Maoris représente aussi un rite de passage ancestral, notamment pour marquer le passage de l’enfance à l’âge adulte. Ainsi, plus le visage est tatoué, plus la personne est puissante et possède du pouvoir. Et si les tatouages sont très voyants sur le visage de l’homme, ceux de la femme, eux, seront plus finement travaillés et bien plus discrets, véritables symboles de féminité.

La légende du « moko »

Le tatouage fait partie intégrante de la culture, de l’histoire et des traditions maori. À l’origine, il existe un mythe qui se transmet de génération en génération. La légende raconte une histoire d’amour ente deux jeunes gens : le jeune garçon Mataora (signifiant « visage de la vitalité ») et la princesse des ténèbres Niwareka. C’est le père de Niwareka qui enseignera à Mataora l’art du « moko », autrement dit, l’art du tatouage. Mataora enseignera, par la suite, cet art si particulier aux hommes.

La technique du tatouage Maori

Traditionnellement, le tatouage maori s’effectuait, lors des cérémonies rituelles, avec un ciseau en os d’albatros avec lequel on découpait la peau du visage. Dans les plaies, on ajoutait des pigments de suie. On tentait ensuite d’apaiser les douleurs à l’aide de plantes aux vertus médicinales. Aujourd’hui, les techniques ont évolué et les tatouages se font, tout comme en Europe, par un tatoueur professionnel avec une aiguille stérilisée et des conditions d’hygiènes optimales. Et pourtant, il paraîtrait que la méthode plus traditionnelle et douloureuse reviendrait sur le devant de la scène ces derniers temps.

En savoir plus

Tous sur le tatouage maori


Tatouage Maori

Tatouage Maori

Les commentaires sont fermés.